La réalité virtuelle a la cote au sein des services clients

Selon les analystes, 2017 sera une année décisive pour la réalité virtuelle, y compris dans les services clients. Nanopixel est fermement en passe de devenir un leader du marché de la réalité virtuelle en Belgique. Dietrich De Blander, CEO, partage sa vision de l’avenir.

En réalité virtuelle, un casque ou des lunettes spéciales permettent au porteur d’être immergé dans un monde différent. Dans cette réalité virtuelle, vous pouvez regarder autour de vous dans un rayon de 360 degrés. Au-dessus, en-dessous, à côté et derrière vous : tout est visible de manière presque tangible pour vivre une véritable expérience. Cette technologie a un impact positif sur l’expérience client. Par exemple, le voyagiste Neckermann permet déjà aux gens d’avoir un avant-goût de futures destinations dans quatre de ses établissements. Les clients peuvent admirer une plage chypriote, faire une excursion en bateau autour de la Statue de la Liberté et découvrir Manhattan en un rien de temps.

Le principe « essayez avant d’acheter » est déjà appliqué par certaines marques de voitures, ce qui permet à leurs clients d’expérimenter des styles d’intérieur et des options en réalité virtuelle au cours du processus de commande. Peugeot vous permet même de faire des essais virtuels sur une route de montagne dans le sud de la France. Les architectes, les entreprises de construction et les agents immobiliers ont également recours à la technologie de réalité virtuelle pour leurs clients. Les promoteurs de projets Matexi et Re-Vive et la société immobilière Dewaele offrent depuis cette année aux personnes à la recherche d’une maison des visites virtuelles des propriétés de leur portefeuille. Les acheteurs potentiels peuvent visiter virtuellement des centaines de maisons tout en restant assis dans un bureau (ou même à la maison) sans devoir se rendre à différentes adresses et régions. Le potentiel de la réalité virtuelle est également incroyable pour les services d’assistance : dans certains cas (techniques), les employés peuvent littéralement montrer aux clients quelles actions doivent être effectuées ou quelles pièces ils doivent vérifier.

Réactions favorables

Nanopixel prend également en considération le fait que les possibilités d’application de la réalité virtuelle pour les services clients sont très vastes. Le développeur de produit de Roulers a travaillé dur sur la percée de la réalité virtuelle dans les processus de vente et les service clients. « Depuis fin 2014, nous développons des applications de réalité virtuelle personnalisées », déclare Dietrich De Blander, CEO de Nanopixel. « Cela s’est passé de manière très organique, à la demande du marché. Pour cela, nous avons principalement réalisé des visualisations et des rendus 3D pour des développeurs de projets et des fabricants. Le producteur de sols UNILIN souhaitait être l’une des premières entreprises belges à utiliser une application de réalité virtuelle pour le contact avec le client. À cet égard, nous avons développé une maison virtuelle dans laquelle les clients peuvent configurer et voir l’ensemble des sols stratifiés Quick-Step. Les réactions face à cela ont été unanimement favorables. »

Le premier projet de réalité virtuelle de Nanopixel a été rapidement suivi. La société a ensuite développé un outil avec lequel les futurs directeurs de magasin, les responsables d’entreprises et les clients peuvent visiter le complexe commercial Uplace avant la pose de la première pierre. Et ce n’est que le début. « Lorsque le centre commercial sera effectivement construit, nous souhaitons transformer ce même outil en un canal d’achat virtuel », déclare Dietrich De Blander. « Les clients pourront effectuer leurs achats sur la version virtuelle d’Uplace après l’heure de fermeture des ‘véritables’ magasins. Dans le secteur de la vente au détail, je vois de nombreuses possibilités pour de telles applications client. De plus, je pense que pratiquement tous les secteurs d’activité peuvent tirer parti de l’utilisation de la technologie de réalité virtuelle dans leurs services clients. Bien que ces applications doivent bien entendu être étudiées au cas par cas et adaptées à vos besoins. »

Presque tous les secteurs d'activité peuvent tirer profit de l'utilisation de la technologie de réalité virtuelle dans leur service client. Dietrich De Blander - CEO Nanopixel
Zuckerberg mord aussi à l’hameçon

Outre la réalité virtuelle, il existe également une variante technologique : la réalité augmentée (RA) ou réalité ajoutée. Avec cette technique, l’utilisateur n’est pas déconnecté visuellement de son environnement immédiat. Le salon, une rue ou un objet reste perceptible, mais est enrichi avec du texte, des images ou des animations à travers des lunettes spéciales. Projeter des instructions ou des informations sur votre rétine à l’aide de lunettes de réalité augmentée en contactant le service clientèle n’est qu’une des nombreuses possibilités.

Cependant, cette technologie n’est en aucun cas aussi avancée que la réalité virtuelle, affirme Dietrich De Blander. « Nous avons désormais acheté des Hololens, les célèbres lunettes de réalité augmentée de Microsoft. Nous ne voulons surtout pas exclure cette technologie et des applications intéressantes seront certainement conçues, mais pour le moment, la demande du marché est très faible. Le matériel n’est pas encore prêt. »

Mark Zuckerberg croit également davantage à l’immense potentiel de la réalité virtuelle qu’à celui de la réalité augmentée. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles le fondateur de Facebook a acquis Oculus VR pour plus de deux milliards de dollars en mars 2014, une société qui a conçu les lunettes de réalité virtuelle Oculus Rift pour les utilisateurs de PC. Selon Zuckerberg, il faudra certainement encore cinq à dix ans avant que la réalité augmentée ne soit techniquement au même niveau que la réalité virtuelle.

Une période excitante

En ce qui concerne les applications de réalité virtuelle, Nanopixel est confiant pour l’avenir. « Le marché de la réalité virtuelle a été fortement étouffé au cours des deux dernières années, y compris en Belgique. Ce que nous avons commencé à l’époque en tant qu’activité sur le côté est devenu aujourd’hui une activité à plein temps. Nous avons du mal à répondre à la demande d’applications b2c et b2b virtuelles. Nous travaillons actuellement sur un ensemble de nouveaux projets de réalité virtuelle dans divers secteurs, à propos desquels je ne suis actuellement pas autorisé à parler. Notre équipe grandit à une vitesse folle. Par exemple, nous avons actuellement cinq postes vacants pour des développeurs en réalité virtuelle. Il semble que tout le monde veuille rejoindre le train de l’évolution qu’est la réalité virtuelle. »

De plus, la technologie de réalité virtuelle se fraie son chemin de plus en plus rapidement vers les consommateurs avec les lunettes de réalité virtuelle abordables de HTC, Oculus, Samsung, Google et même de PlayStation. « À notre avis, le marché de la réalité virtuelle deviendra à terme aussi important que celui des smartphones aujourd’hui. Et ça ira très vite. Plus les utilisateurs auront accès au matériel de réalité virtuelle à domicile, plus les applications de réalité virtuelle prendront de l’importance dans les services clients ou les entreprises. C’est une période excitante », conclut Dietrich De Blander.

Written by
Dietrich De Blander CEO Nanopixel
Contact